Informations

NOS APPRENTIS ONT DU TALENT !

28-40-2018

 

Mercredi 27 juin 2018, 6 apprentis des Campus des Métiers de Barbezieux et de Cognac ont été félicités lors d’une cérémonie de mise à l’honneur, pour les prix & récompenses qu'ils ont reçu dans le cadre de leur formation par la voie de l'apprentissage.

Ce moment convivial s’est déroulé en la présence de Madame Geneviève BRANGÉ - Présidente de la CMA16, Monsieur Pierre BOLMONT - Président SMLH section de la Charente, Madame Chantal GUÉLOT - Sous-Préfète de Cognac et de Monsieur Michel GOURINCHAS - Maire de Cognac.

 

 

À chacun son excellence ! C’est notamment le cas de nos 6 apprentis suivants :

. Alexis CORNUAUD en Charcuterie, 6ème Meilleur Apprenti de France

. Léo DESEMERY en Boulangerie, Finaliste Meilleur Jeune Boulanger National

. Joyce NÈGRE en Ebénisterie, 1er Prix Avenir National Niveau V Métiers d’Art 2016

. Jessica DEBONG en Esthétique, Médaille d’Or finale régionale Olympiades des Métiers

. Margaux GRULOIS en Coiffure, Médaille de Bronze finale régionale Olympiades des Métiers

. Jean-Baptiste MONTIGAUD en Tonnellerie, Médaille d’Argent finale régionale Olympiades des Métiers

La CMA16 les félicite tout particulièrement pour leur implication et leur motivation dans la participation à des concours.

 

 

L'artisanat offre un champ des possibles passionnant à tous ceux qui veulent créer de l'or avec leurs dix doigts. À la CMA16, nos équipes pédagogiques mettent tout en œuvre pour faire ressortir le potentiel de chaque apprenti et lui permettre d'être maitre de son avenir.

 

À CHACUN son excellence !

Plus d'informations :

Campus des Métiers de Cognac 05 45 82 40 31 // Campus des Métiers de Barbezieux 05 45 78 35 48

LES ARTISANS ET LA RGPD

8-39-2018

SOURCE : www.lemondedesartisans.fr RGPD : artisans, êtes-vous prêts ?

La RGPD c’est QUOI ?

Le 25 mai 2018 est entré en vigueur le Règlement général sur la protection des données personnelles (RGPD). Remplaçant une directive de 1995, ce texte, visant à harmoniser le régime juridique européen et à renforcer les droits des individus sur leurs données, implique une mise en conformité du côté des entreprises.

Le RGPD harmonise le régime juridique européen et remplace une directive de 1995.

Il vise trois objectifs :

  • renforcer les droits des individus sur leurs données : création d’un droit à la portabilité des données personnelles, protection des mineurs accrue ;
  • responsabiliser les acteurs traitant des données : entreprises, institutions, responsables de traitement et sous-traitants ;
  • renforcer la régulation et la coordination : les autorités de protection des données prendront plus facilement des décisions et des sanctions, à l’échelle de l’UE.

QUE FAIRE ?

Dans un premier temps, la CNIL recommande de privilégier les actions de mise en conformité avec les règles de fond du RGPD et de préparer si nécessaire une analyse d’impact (DPIA), “dans un délai raisonnable de trois ans”.

Qu’est-ce qu’une donnée personnelle ?

Il s’agit de toute information permettant de reconnaître ou identifier une personne, directement ou indirectement. Leur divulgation ou leur mauvaise utilisation peut porter atteinte aux droits et libertés des personnes et à leur vie privée. 

Où figurent ces données ?

En entreprise, ces données figurent notamment dans les contrats, fiches de paie, formulaires, documents relatifs à la santé, casiers judiciaires, trombinoscopes, badges d’accès, matériels informatiques pro, répertoire mail interne de l’entreprise, documents commerciaux (devis, factures, fiches d’intervention…), documents bureautiques, bases de données clients…

SE PRÉPARER EN 6 ÉTAPES 

1. Désigner un pilote. Le Délégué à la Protection des Données se chargera des procédures de gestion des données, dont il assurera la conformité. Dans les petites entreprises, il est possible de nommer un salarié ou un prestataire extérieur.

2. Cartographier les traitements de données personnelles. 
Il s’agit de mettre en place un registre des traitements, comprenant :

  • les types de traitement de données personnelles 
  • les catégories de données personnelles
  • les acteurs en contact avec ces données.

Pour chaque donnée, il faut indiquer :

  • pourquoi vous les avez recueillies (le but étant d’en avoir le moins possible)
  • le lieu de stockage
  • le temps de conservation.  

3. Prioriser les actions et identifier les traitements à risque. Une fois le registre établi, identifiez les anomalies, puis déterminez des actions pour vous mettre en conformité.
Exemple : vous pouvez imposer à vos salariés la personnalisation de leur mot de passe de messagerie, ou effacer les archives d’anciens salariés.

4. Gérer les risques. Pour chacun des risques identifiés, il faut mener une analyse d’impact (DPIA, Privacy Impact Assessment) sur la protection des données. L’idée est notamment de mesurer les risques de fuite des données, en envisageant tous les cas de figure.

5. Organiser les processus internes. Pour conserver en permanence un haut niveau de protection des données, adoptez de « bons réflexes ». Par exemple, limitez l’accès des salariés aux données des clients, afin que seuls les gestionnaires concernés puissent en disposer. 

6. Documenter la conformité. Pour être au clair en cas de contrôle de la Cnil, mettez à jour tous les documents liés aux données personnelles : 

  • registre des traitements
  • DPIA
  • clauses contractuelles, BCR et certifications relatives à l’encadrement des transferts de données hors de l’UE
  • information aux personnes : notes internes, recueil du consentement...

PLUS D’INFOS en détail sur le site Internet de la CNIL : https://www.cnil.fr/fr/rgpd-passer-a-laction